“..un vêtement Lutz est très parlant en lui-même. Après des années 90 qui ont été comme une page blanche de la mode, sa relecture du vestiaire quotidien injecte une création visible au sein de vêtements que le siècle dernier avait littéralement aseptisés. Comme Nicolas Ghesquière pour Balenciaga, la force de Lutz est de réinventer le banal par un artifice de construction qui nous le re-révèle. En ce temps de désir en créations singulières, c’est une façon d’envisager une rupture avec ce qui est derrière nous qui forcément m’interpelle.” Olivier Saillard in conversation with Samuel Drira , ENCENS Magazine, 2004